Environnement et économie d'énergie!
Les gens me font souvent la remarque que les vieux appareils doivent consommer beaucoup plus d'électricité... C'est vrai pour certains mais la plupart sont très près de la consommation de ceux d'aujourd'hui. Je suis persuadé d'ailleurs qu'ils ne verrons jamais la différence sur leur facture d'électricité.

Les cuisinières par exemple: Peut importe l'année de fabrication, un élément de type spirale de 8'', de 2400 Watt, prendra au ( maximum) environs 9 Ampères. A intensité (médium), une cuisinière d'aujourd'hui, le contrôle envoie du 240 Volt de façon intermittente pour maintenir l'intensité. Avant les années 60, le même élément est divisé en 2 serpentins et le contrôle envoie, de façon continue différentes combinaisons de 120 Volt et de 240 Volt pour obtenir l'intensité désiré . Par conséquent nous obtiendrons environs la même consommation à la fin de notre cuisson . Avant l'arrivé du 240 Volt (220 V dans le temps) dans nos maisons ( vers le milieu des années 30 je crois ), les cuisinières étaient conçus pour le 120 Volt (110 V ) . Pour obtenir la même puissance, un élément de 8 – 9 '' peut consommer environ 16 Amp, ce qui est presque le double mais contrairement à ce que même moi je croyais, la consommation ce calcul en kw/h et il faut faire le calcul en tenant compte du 120 V et de la résistance de l'élément lui-même . Ce qui nous donnes approximativement le même coût d'opération...

Pour les réfrigérateurs : La grande majorité de mes frigos ont été fabriqués entre 1945 et 1960 . A cet époque, ce qui est le plus commun est d'avoir une seule porte, que la partie congélateur dans le haut sert à refroidir par gravité la partie réfrigérateur plus basse. Ce principe est très simple et efficace . Ces modèles ont une capacité entre 8 et 12 pi/cubes environs . Un compresseur 1/8 de force suffit alors au bon fonctionnement et consomme environs 2 Amp. Les réfrigérateurs des années 30 ou avant que j'ai rencontré ont environs la même consommation mais sont par contre de plus petites tailles ( entre 5 et 7 pi/cubes ) .Les plus « énergivores » que je connaisse, sont à mon avis, les premiers réfrigérateurs sans givre à 2 portes. Ils sont arrivés au milieu des années 60 environs, sont munis d'un compartiment de congélation plus grand et un système de ventilation y transporte l'air frai vers la partie réfrigérateur ( le même principe qu'aujourd'hui ). Pour ces modèles de 15 à 18 pi/cubes, un compresseur de ¼ de force,un ventilateur et un élément de dégivrage contribuent à une consommation de près de 4 Amp en mode de réfrigération et jusqu'à 5 Amp en mode de dégivrage . Ce n'est qu'à la fin des années 80 que les fabricants ont munis les compresseurs de condensateurs et ont diminués de beaucoup leurs consommations. Ils sont arrivés aujourd'hui à une consommation d'à peine plus d'un Ampère pour un réfrigérateur de 20 pi/cubes, et ça continue à descendre... Depuis l'an 2000 environs qu'une nouvelle technologie est apparu : Un compresseur à vitesse variable contrôlé par un inverseur de courant (plus la demande est grande plus notre compresseur tourne vite). Cette nouvelle technologie est très coûteuse et est utilisés seulement dans les modèles luxueux et de grandes tailles (22 à 30 pi/cubes). A mon avis, lorsque le client aura une facture de réparation de 700$ à 900 $ pour le changement de son compresseur, (qui lui aurait coûté environs 350-400$ pour un ordinaire), où sera l'économie pour le consommateur qui a déjà payé plus cher au départ pour son réfrigérateur ? ...

Ulysse Vallée, un ami et collègue de travail, a réduit la consommation du réfrigérateur des années 70 chez-lui . Ce vieux Inglis jaune moisson consomme aujourd'hui environs 2 Amp après en avoir consommé plus de 4 les 30 premières années de son existence . Ce jeune technicien , avait déjà fait des test concluant avec d'autres compresseurs et moteurs électrique . Sa technique consiste en l'ajout de condensateurs à l'alimentation électrique du moteur. Il s'agit de bien doser la capacité total des condensateurs pour obtenir l'économie maximum tout en conservant l'efficacité et le pouvoir du moteur . Sa technique sera bientôt mit en pratique sur mes ``antiques`` ... ( à suivre ) .


Parlons environnement !
Au début de la réfrigération, les réfrigérants utilisés étaient l'ammoniac, le dioxyde de soufre ou le chlorure de méthyle . Ces gaz n'était pas trop dommageable pour l'environnement ( à part peut-être les pluies acides ) mais étaient toxiques et désagréable à manipuler . Pour contenir ces gaz, les fabricants étaient doublement prudent dans la fabrication de leur système scellés . Il n'est pas rare de rencontré un réfrigérateur de 70-75 ans qui n'a rien perdu de sont contenu . Le plus vieux réfrigérateur que j'ai rencontré, fonctionnant au fréon 12, est un Westinghouse fabriqué vers 1937 ... Ce n'est qu'après la guerre en 1945 que la compagnie Général-Électrique délaissa le dioxyde de soufre pour le fréon 12 . De son côté, Frigidaire est le seul fabricant à avoir utilisés le f 114 ( dichlorotétrafluoroéthane) . Ce réfrigérant, à ma connaissance, a été le premier non-toxique à être utilisé au début des années 30 . Tout comme le fréon 12, il était préféré pour être non-toxique et non-flammable. Le Fréon 12 sera le plus répandu à travers le monde et ce jusqu'en1994 environ. Ce populaire réfrigérant a été enlevé du marché quand les gouvernements ce sont rendu compte qu'il était responsable en partie du trou dans la couche d'ozone . Depuis le début des années 90, les fabricants n'avaient plus le choix, ils devaient se tourner vers un autre réfrigérant . C'est ainsi qu'ils se sont tournés vers le R 134a, un gaz non-toxique,non-flammable et ne causant plus de dommages à notre couche d'ozone ... Par contre, ce que peut de gens savent, c'est que cette belle découverte,si elle est libéré dans l'atmosphère, restera en suspension et par conséquent, causera l'effet de serre... belle amélioration !

De son côté, l'organisme GreenPeace, vers 1991, connaissait déjà la solution écologique, mais ne faisait pas l'unanimité... Un réfrigérant d'hydrocarbure, c'est-à-dire un mélange de propane, butane et isobutane . En plus de prolonger l'espérance de vie des composantes de réfrigération, il est non-toxique, non-corrosif et n'a aucun effet néfaste sur notre environnement . Il est vrai par contre qu'il est flammable ( non-explosif ), mais q'en circuit fermé et manipulé avec soin par les frigoristes, les risques sont minimes voir même inexistants . Pour des raisons que je nommerais de '' politiques '', très peu de gens ce sont tournés vers cette solution . Cette technologie est présentement utilisée en Allemagne et peut-être quelques autres pays d'Europe. Ici au Canada, nous avons les produits DuraCool qui sont distributeurs de réfrigérants d'hydrocarbures depuis l'an 2000 environ . Vous pouvez visiter www.duracool.com pour connaître leurs produits de climatisation automobile et de réfrigération domestique.

Depuis plusieurs années, Ulysse, avant même de connaître les produits DuraCool, chez-lui, avec ses propres mélanges maison, s'adonnait à des expériences d'utilisations d'hydrocarbures dans la réfrigération . C' est avec succès qu'il a fait fonctionner un climatiseur, un déshumidificateur, quelques climatiseurs d'autos et un refroidisseur d'eau ...


Très bientôt je l'espère ! Je pourrai vous vendre un réfrigérateur d'un style unique, que j'aurai récupéré juste avant le dépotoir . J'aurai récupéré le Fréon 12 du système pour le remplacé par un réfrigérant d'hydrocarbures . J'aurai muni le compresseur de condensateurs pour le rendre aussi économique qu'un neuf. Je lui aurai redonné son allure de neuf avec des produits de nettoyage biodégradables... Tout ça avec passion !


... Ce jour là, j'aurai l'impression en tant que citoyen, d'avoir contribuer concrètement dans ce qu 'on appelle aujourd'hui du DÉVELOPPEMENT DURABLE ... ( à suivre )